Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2016 6 09 /01 /janvier /2016 22:44

BENGRICHE AHMED

Craquement terrible au bout de la forêt

Forêt – très loin

Le vent lèche les pousses broutilles les bourgeons- ici

Jeu de tuiles persiennes et robes d’adolescentes

Ah voici le monde absent- nous

Nous sommes morts avec la peau de nos pères

Et nous avons des pleurs qui voilent nos sanglots

Et nous fuyons nous fuyons

Plus loin que les tombes

Que toute ombre de toute demeure collée à l’argile

Et la pluie nous piétine les talons

Et toujours le vent du nord

( ah le voici au détour)

Le froid est là

Et les doigts de l’oasis ont gercé

Pas un chameau ne daigne avancer

Et les mots se sont enfouis dans le sable

- de honte comme l’ombre-

Et ne sont plus que souillure- flaque de goudron

Mais les chevaux de race

Vous les entendriez hennir dans le cœur de la terre

Ils viennent ils arrivent

Ils émergeraient dans l’après midi

Voir les commentaires

Partager cet article

Repost 0
Published by ahmed bengriche
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : POEME-TEXTE-TRADUCTION
  • POEME-TEXTE-TRADUCTION
  • : Pour les passionnés de Littérature je présente ici mes livres qui sont edités chez DAR EL GHARB et EDILIVRE. Des poèmes aussi. De la nouvelle. Des traductions – je ne lis vraiment un texte que si je le lis dans deux sens.
  • Contact

Profil

  • ahmed bengriche
  • litterateur et pétrolier
 je m'interesse aussi à la traduction
  • litterateur et pétrolier je m'interesse aussi à la traduction

Texte Libre

Recherche

Pages