Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 juin 2016 3 29 /06 /juin /2016 21:26

Je me suis toujours méfié de celui qui vous dit être arrivé en littérature par accident. Vous le questionnez sur ses lectures il vous répond « la petite fadette ». Vous lisez sa prose et vous avez l’impression que ses livres de chevet sont Claude Simon et Ghâlib Halassa. Scrutez son visage – y a pas à dire- c’est quelqu’un qui se fout de vous.

Published by ahmed bengriche
commenter cet article
29 juin 2016 3 29 /06 /juin /2016 21:25

الحديث حول الأمة الجزائرية هو بمثابة التطلع إلى أطيافنا. كل أطيافنا. على هذه التربة الجزائرية المباركة التي تحملنا و تضم رفاتهم الزكية. القليل منهم كان مثواه الأخير بأرض أخرى. " وما تدري نفس بأي أرض تموت إن الله عليم خبير ...34...لقمان". من يوبا إلى كاتب يس. إلى دا لحوسين. القائمة طويلة بالطبع. الذين نعتز بهم و الذين نفرت منهم القلوب. كالقديس أغسطينوس و ألبير كامو. جزائرية هذا الأخير لا تشوبها شائبة. بما أن أعماله ارتوت من بين أخاديد صلصالنا المُجِيد. هو منا ونحن منه. مثله مثل بقية الحركى العائشة بالتقطير بفرنسا. هم منا و نحن منهم.إذ يستحيل التخلص من الإخوة. لكن هذا الكامو اضرنا أكثر بكثير من اولئك الحركى مجتمعين. الحركى كان همهم قطعة خبز. غير واعين بما يدور حولهم. لكن الكامو هذا كان قد طبخ لنا " البؤس في القبائل" و خاصة " الموت السعيد" رواية لم تقرأ بجدية بين مواطنينا حيث ينفضح أمره وقد أخر نشرها راعي أعماله أربعين سنة. هو الكامو الوعي الذي لم لم يمض "بيان ال 121" ذاك التصريح في الحق بالعصيان إزاء حرب الجزائر. و كان من بين من أمضى على الوثيقة سارتر و دوبوفوار و روب-قريي و دوراس و العديد من الاخرين الذي مد ‘لينا يده . هو الكامو الوعي الذي رد على صحفي بعربية أزقة بلكور..." تبكي يماك و ما تبكيش يما".

لكن علينا بالتطلع لأطيافنا.

كل أطيافنا.

حتى لو كان الطيف ألبير كامو الذي ولد على ميلين من منزلي

Published by ahmed bengriche
commenter cet article
29 juin 2016 3 29 /06 /juin /2016 21:24

Parler de la nation algérienne c’est comme s’il s’agit de partir à la rencontre de tous nos fantômes. Sur ce sol d’Algérie qui nous porte si bien et qui doit contenir humblement leurs ossements. Pas tous bien sûr. Certains avaient préféré d’autres terres – « et personne ne sait dans quelle terre il mourra : Loqman, verset 34 » . De Juba à Kateb Yacine. A Da Lhoucine.. Certes la liste est bien longue. Ceux que nous aimons et ceux que nous ne portons pas dans notre cœur. Comme Saint-Augustin ou Camus. L’algerianité de ce dernier n’a jamais prêté à équivoque. Puisque son œuvre a fait son plein parmi les sillons de notre terre nourricière. Il est l’un des nôtres. Comme le reste de ces harka qui continuent à vivoter en France. Ils sont des nôtres. On ne peut pas se défaire de son frère. Mais le Camus, lui, nous a fait beaucoup plus de mal que tous les harkis réunis. Eux c’était juste pour un bout de pain. Ils n’avaient aucune conscience de ce qui se traficotait autour d’eux. Lui, le Camus, il faisait le marmiton avec son « misère de la Kabylie » et surtout « la mort heureuse » que les algériens ne lisent pas assez et où il se dévoile en entier et dont son mécène avait tardé la publication d’une quarantaine d’années. C’est bien le consciencieux Camus qui ne signa pas « le manifeste des 121 » cette Déclaration sur le droit à l’insoumission dans la guerre d’Algérie. Manifeste que signèrent Sartre, De Beauvoir, Robbe-Grillet, Duras, et tant d’autres qui nous ont tendu la main. C’est bien le consciencieux camus qui répondit en arabe à un journaliste : tebki yemek ou ma tebkich yemma – j’aime la justice et j’aime ma mère mais je ferai passer ma mère avant la justice.

Mais il nous faut partir à la rencontre de nos fantômes.

Même s’il s’agit de Camus qui naquit à quelques encablures de chez moi

Published by ahmed bengriche
commenter cet article
9 janvier 2016 6 09 /01 /janvier /2016 22:44

BENGRICHE AHMED

Craquement terrible au bout de la forêt

Forêt – très loin

Le vent lèche les pousses broutilles les bourgeons- ici

Jeu de tuiles persiennes et robes d’adolescentes

Ah voici le monde absent- nous

Nous sommes morts avec la peau de nos pères

Et nous avons des pleurs qui voilent nos sanglots

Et nous fuyons nous fuyons

Plus loin que les tombes

Que toute ombre de toute demeure collée à l’argile

Et la pluie nous piétine les talons

Et toujours le vent du nord

( ah le voici au détour)

Le froid est là

Et les doigts de l’oasis ont gercé

Pas un chameau ne daigne avancer

Et les mots se sont enfouis dans le sable

- de honte comme l’ombre-

Et ne sont plus que souillure- flaque de goudron

Mais les chevaux de race

Vous les entendriez hennir dans le cœur de la terre

Ils viennent ils arrivent

Ils émergeraient dans l’après midi

Voir les commentaires

Published by ahmed bengriche
commenter cet article
9 janvier 2016 6 09 /01 /janvier /2016 22:35
traduction

ثمّة خطأ

Poème de ADEEB KAMELEDINE

IL EST UN FOURVOIEMENT

Il est un fourvoiement dans la forme du lit

L’oiseau qui survole le lit

Le poème

Faisant montre des plaisirs du lit

Ce qui peut surprendre

Vers la fin – le lit

2

Il est un fourvoiement dans les doigts d’une main

Le désir

Le moment de l’étreinte

Et aussi dans la chair

En un sens les fruits de la chair

Et cet étrange jeu trompeur

3

Il est un fourvoiement dans le pichet et le vin

La danse et la danseuse

La nudité et cette manière de se dévêtir

Les formalités de décès

L’hymne les sanglots

La guerre qui se repait de ses enfants

4

Il est un fourvoiement dans le non-dit

La tombe l’exil

L’entre-jambes

Ce fourvoiement dans les objets volants

Le cockpit

Le mouvement furtif du temps

Et de même dans la mer

Le fait de s’asseoir auprès de la mer

Auprès de femmes dévêtues

De femmes entièrement nues

5

Il est des fourvoiements expansifs

Féconds

Très décatis

Voire pleureurs

D’autres en galère d’exil en exil

De larmes en larmes

De décombres en décombres

6

Il est des fourvoiements dans la lettre

D’autres dans la ponctuation

Le sablier l’ombre du rocher

La souvenance les rencontres le couteau

Les clés la porte cochère les pluies

Les baisers l’expression de douleur

Le vif désir de tes lèvres les miennes

Le mot « je t’aime »

Le mot « adieu »

7

Enfin

Aux termes de l’enchantement

Il est un fourvoiement identique à moi-même

Cette similitude entre la mer et la mer

L’oiseau du matin et la complainte

Ce fourvoiement-là

Dénué d’oubli et de pardon

Ouvre les portes de la Mort

Dans un calme noir

Et prend son vol

ثمّة خطأ

شعر: أديب كمال الدين

(1)

ثمّة خطأ في السرير

وفي الطائرِ الذي حلّقَ فوق السرير

وفي القصيدةِ التي كُتِبَتْ

لتصفَ مباهج السرير

وفي المفاجأةِ التي تنتظرُ السرير

في آخرِ المطاف.

(2)

ثمّة خطأ في الأصابع،

والشوق،

ولحظةِ العناق.

ثمّة خطأ في الجسد،

أعني في تفّاحِ الجسد

وخياناته وَصَبَواته العجيبة.

(3)

ثمّة خطأ في الكأسِ والخمرة

وفي الرقصةِ والراقصة

وفي العري والتعرّي

وفي وثائقِ التابوت

وفي النشيدِ، والنشيجِ، والضجيج،

والحروب التي أكلتْ أبناءها

أو التي ستأكلهم عمّا قريب.

(4)

ثمّة خطأ في السرِّ، والقبرِ، والمنفى

وما بين الساقين.

ثمّة خطأ في الطائرة

وفي مقصورةِ الطيّار

والسنواتِ التي انقرضتْ فجأةً

دون سابق إنذار.

ثمّة خطأ في البحر

والجلوسِ قرب البحر

وقرب العاريات،

أعني العاريات تماماً.

(5)

ثمّة خطأ يكبر

وآخر يتناسل

وثالث يشيخ

ورابع يبكي

وخامس يهربُ من منفى الى منفى

ومن دمعةٍ الى دمعة

ومن رمادٍ الى رماد.

(6)

ثمّة خطأ في الحرفِ وآخر في النقطة

وفي ساعةِ الرملِ أو ساعةِ الصخر

وفي الذكرى، والموعدِ، والسكّين

وفي المفتاحِ، وبابِ البيتِ، والمطر

وفي القُبلةِ، وكلمةِ الأسف

وفي رغبةِ شفتيكِ وشفتيّ

وفي كلمةِ: "أحبّك"

وكلمةِ: "وداعاً".

(7)

وأخيراً

وباختصار سحريّ

ثمّة خطأ يشبهني تماماً

مثلما يشبه البحرُ نفسه

والموسيقى طائرَ الفجر،

خطأ

لا ينسى ولا يتسامح حدِّ الموت

يفتحُ بابَ الموت

بهدوءٍ أسود

ويطير.

Published by ahmed bengriche
commenter cet article
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 01:47

TRADUCTION

ADIB KAMELEDINE

القليل من التراب

(1)

سيبقى القليلُ من الأكاذيب

وترّهاتِ مدائح الشعراءِ للملوكِ الظَلَمَة

وسخافاتِ الشعراءِ المخنّثين والشاعراتِ السحاقيات

سيبقى القليلُ من مواعظ المدرسين المرتشين والزوجات الغبيّات

والقليلُ من الأوامرِ الإداريةِ بالتعيينِ والفصلِ والطرد

والقليلُ من التقارير السرّية

ومقالاتِ الشتمِ والتهديدِ والوعيد

سيبقى القليلُ من بياناتِ النصرِ المزيّفة

ومن نياشين العسكرِ وأوسمتهم الملطَّخةِ بالدم

سيبقى القليلُ من عظام العشاق

وقلوبهم التي حطّمها الفراق

وسيبقى القليلُ من جمالِ الجميلات

والقليلُ من العري عند البحر وفوق السرير

والقليلُ من الليلِ والفجرِ، والماءِ والهواء

والقليلُ من الأحلام والدموعِ والهلْوَساتِ والكوابيس

والقليلُ من صيحاتِ مشجّعي كرةِ القدمِ ومصارعةِ الثيران.

(2)

سيبقى القليلُ من ذكرياتِ الطفولة

وصور العيدِ غيرِ السعيد

وأحلام البلوغ ورسائل الحبّ وصور العائلة

سيبقى القليلُ من صيحاتِ الأوركسترا

والقليلُ من قصائد المللِ والعتابِ والانتظار

والقليلُ من ملابسِ المهرّجِ والطبّالِ والراقصة

والقليلُ من دموعِ اللاجئين

ومراكبهم الصدئة التي تغرقُ كلّ يوم

في محيطاتِ الله

سيبقى القليلُ من وصايا الله.

(3)

نعم

كلّ شيء سينقلبُ إلى تراب

وسيبقى، أيضاً، القليلُ من التراب!

أديب كمال الدين



LE PEU DE POUSSIERE

1

Ne restera que le peu de mensonges

Les flatteries de gloseurs adressées aux rois oppresseurs

Les niaiseries de poètes efféminés et autres inverties

Ne restera que le peu de sermons de maitres corrompus et des épouses stupides

Le peu de mesures administratives de nomination licenciement et expulsion

Le peu de rapports confidentiels

Et des articles d’insulte de menace et d’intimidation

Ne restera que le peu de déclarations de victoire contrefaites

Le peu de médailles militaires et les décorations tachées de sang

Ne restera que le peu d’ossements des amants

De leur cœur brisé par tant de rupture

Et ne restera que le peu de beauté des dames charmantes

Et le peu de nudité au bord des mers et au sommet des lits

Et le peu de nuit d’aurore d’eau de brise

Et le peu de rêverie de sanglots d’hallucinations de délire

Et le peu de clameurs des fans de football et autre corrida

2

Ne restera que le peu de souvenirs d’enfance

Des photos d’un jour de fête triste

Les rêveries d’adolescent les lettres d’amour l’album familial

Ne restera que le peu de cris d’orchestre

Et le peu de poèmes plats de reproche et d’instance

Et le peu de déguisement des clowns de tambourineurs de danseuses

Et le peu de soupirs des refugiés

Leurs péniches rouillées sombrant chaque jour

De par les étendues océanes

Ne restera que le peu des Commandements Divins

3

Oui

Tout retournera à la poussière

Et ne restera aussi que le peu de poussière

Voir les commentaires

Published by ahmed bengriche
commenter cet article
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 00:00
البعابع

لو حكيت لي القديم الغابر يا بعبع

فيلم آخر

قصة ثانية معرض انتفاخ ال 2084 الإثنان

شطر من كان يا ما كان

لو تركتني أضخك ملئ شدقاي

أبكي

سمحت بعضّ الفوضى يا بعبع

أنا

لا تهمني المياه الآسنة

و لا البعابع

محب لغيري

و الإبحار أرحم

Published by ahmed bengriche
commenter cet article
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 07:43
LES BOULOULOUS

Si tu me disais le temps vieux gruge

Autre film

Autre histoire Sila ou renflement des deux 2084

Quelque kane ya ma kane

Si tu pouvais me laisser pleurer tout mon saoul

Le rire

Si tu pouvais me laisser mordre dans le désordre vieux croque-mitaine

Moi

Je me fous de tous les étangs

De tout les bouloulous

En altruiste

Et vogue la gallée

Published by ahmed bengriche
commenter cet article
31 octobre 2015 6 31 /10 /octobre /2015 16:51

Autrefois à Alger, dans les années soixante dix, j’avais un ami – j’ai perdu jusqu’à son nom – qui lors de nos randonnées dans les bars et restaurants piquaient les cendriers.
Allez savoir pourquoi il piquait les cendriers !
Pourtant on était bien payé chez la Sonatrach, qui siégeait rue Ahmed Ghermoul, en tant qu’informaticiens et on laissait de gros pourboires au Kenko parfois. Je parle d’un temps où il n’ y avait juste pour tout Alger que trois ou quatre IBM 360. Là o...ù on passait , disais-je, il piquait les cendriers et moi au lieu de l’en dissuader j’entrais dans une sorte d’euphorie de transe de fou rire pour tout le restant de la journée. Cela m’amusait un peu. C’était jeunesse quoi ! en ce temps là je ne me suis jamais demandé pourquoi mon ami piquait ses cendriers ni ce qu’il en faisait juste après la maraude s’il en faisait collection ou s’il en offrait aux voisins… le comble c’était qu’il ne parlait jamais cendriers !
Il ne fumait pas aussi. Moi par contre je me tapais mes deux 2A …
Mon ami, mis à part le chapardage des cendriers, était un type très équilibré. Il habitait rue Hache ou Hoche, était très intelligent – il me corrigeait des fois mes programmes de cobol avant de les remettre à la perforatrice- et avait ce sang froid à remettre au calme une rue de gens entrain de flamber des pneus. Moi, je n’étais pas un algérois , j’arrivais de l’Est de quelque Ain-chose et je créchais le soir dans un minable hôtel coté Bab el oued.
Allez savoir pourquoi il piquait les cendriers !
Aujourd’hui, quarante ans passés, dans mon bourg de Ain-chose, j’ai cette impression , en entrant dans un café ou restaurant, qu’on vient juste de débarrasser les tables des cendriers et qu’on les a fourrés derrière le comptoir. Tout le monde se tait. Le propriétaire, les serveurs et tous les clients debout et attablés me surveillent.
Allez savoir pourquoi il piquait les cendriers !

Published by ahmed bengriche
commenter cet article
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 16:52

~~هل الرواية بحاجة إلى منظر ... أتسأل أحيانا... و إن كان الجواب نعم أي نوع من المنظرين... أتسأل أحيانا.... إن لم يكن يلعب دور جدار الحماية أو كاسحة الجليد إن لم يكن شخص يجري من الصباح إلى المساء و يبن أحضانه - وللأسف- متاريس من خشب....

Published by ahmed bengriche
commenter cet article

Présentation

  • : POEME-TEXTE-TRADUCTION
  • POEME-TEXTE-TRADUCTION
  • : Pour les passionnés de Littérature je présente ici mes livres qui sont edités chez DAR EL GHARB et EDILIVRE. Des poèmes aussi. De la nouvelle. Des traductions – je ne lis vraiment un texte que si je le lis dans deux sens.
  • Contact

Profil

  • ahmed bengriche
  • litterateur et pétrolier
 je m'interesse aussi à la traduction
  • litterateur et pétrolier je m'interesse aussi à la traduction

Texte Libre

Recherche

Pages